Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy

Publié le par Odile

Ce mois d'août à PARIS 

street-art-Paris

 

Un titre énigmatique 😜 mais vous allez comprendre ! 

Après ma visite guidée street-art à Lyon (cf. un article précédent) et toutes les photos de fresques murales que j'ai pu prendre au cours de mes voyages plus lointains, quoi de plus logique de s'intéresser - enfin ! - aux murs peints de Paris

 

 BALADE STREET-ART dans le  13ème 

Les gens qui visitent le 13ème arrondissement y vont pour le quartier chinois ( voir la parade du Nouvel An Chinois, par exemple), pour les Gobelins ou la Bibliothèque Nationale François Mitterrand. Sinon, c'est un arrondissement boudé. Une fois cette constatation faite, le maire du 13ème arrondissement a voulu égayer son quartier et a convié des artistes à le rendre plus attractif depuis 2009. 30 murs peints sont à voir dans ce coin de la capitale.

J'ai réservé une visite guidée chez My Urban Experience. Rendez-vous est pris au métro Chevaleret un dimanche midi. Le temps passe vite et nous verrons en tout, j'allais dire seulement, environ douze fresques, ce qui peut paraître peu mais est déjà pas mal en une heure et demie. Bien sûr, on peut faire cette balade tout seul mais les explications sont appréciables et surtout, on risque de passer à côté de quelque chose d'intéressant. De plus, le guide sait exactement où se placer pour avoir l'angle le meilleur.

En gros, le parcours revient à remonter le boulevard Vincent Auriol mais pas que. Je n'ai pas tout photographié, malgré tout les plus marquants.

Il est donc possible de commencer votre parcours à la Place d'Italie puis de descendre le Boulevard Auriol. 

 

La madre secular 2 d'INTI

c'est à dire la Vierge Laïque. INTI, un artiste chilien a mis 15 jours pour réaliser sur place son œuvre. Collé au mur de sa nacelle, il a tout simplement reproduit son dessin sur papier en dessinant d'abord les contours puis pistolet, rouleau et pinceau. 

street-art-Paris

 

C'est sûr que du bas, on ne voit pas tous les détails et la météo du jour joue un rôle aussi, la fresque ne bénéficie pas d'un bon éclairage.

 

street-art-Paris
Grossi pour mieux voir.

Ce tableau est la deuxième version d'INTI, la première est à Marseille. C'est une représentation laïque de la Madone, dixit INTI. Un détail par exemple (parmi d'autres), le fruit défendu de l'Eden est remplacée par la pomme de Newton avec un G comme Gravitation.

 

Et j'ai retenu mon souffle de FAILE

Ce sont deux graffeurs américains, inspirés de la culture pop qui nous proposent cette danseuse à tutu prête à sauter dans le vide.

 

Sur un immeuble de 12 étages, au 110 rue Jeanne d'Arc, en juin 2016. La ménagère à sa fenêtre est indifférente au saut de l'ange de la jeune femme. 

 

street-art-Paris
Grossi.

En arrière-plan, on voit New York et le pont de Brooklyn.

 

Gamin de Paris de Seth

L'artiste urbain qui se cache derrière ce pseudo se prénomme Julien MALLAND et est Français. L'enfant représente l'enfant dans les grandes villes. Il est peint de dos car ce qui est important ici, c'est ce qu'il regarde.

street-art-Paris

Je me suis demandée pourquoi l'enfant était gris alors que le reste est radieux, coloré. Peut-être sa vie d'enfant lui semble triste alors que ce qu'il regarde le conduit à la vie, la lumière. Mon interprétation.

Seth est revenu pour prolonger sur plusieurs murs sa fresque. Si on regarde bien, on voit les corrections sur les balcons. Vu de loin, on a un autre aperçu très intéressant. 

 

Vue du boulevard

 

"Pandas dans la brume" de NIKO

Le street-artiste et dessinateur de bandes dessinées, NIKO, rend ici hommage au dessinateur TIGNOUS qui a été assassiné lors de l'attentat de CHARLIE HEBDO en janvier 2015. Une oeuvre de plus de 20 mètres faite en quelques jours.

street-art-Paris

 

En voyant ce petit coeur avec une auréole, on peut penser que c'est l'âme de Tignous qui s'envole, c'est du moins ce que nous dit notre guide.

Le petit cœur...

 

 

JanaundJs

C'est le pseudo de deux artistes, Jana Autrichienne et Js Français et ils sont photographes de métier mais ici, c'est eux qui nous prennent en photo.

Sur le meuble de gauche...

 

Une entrée d'immeuble et puis... 

 

street-art-Paris
sur le mur de droite.

J'ai oublié de prendre la photo montrant ensemble les deux peintures; les photos sont largement retouchées, le temps ne m'était pas favorable. J'ai même piqué deux photos à Françoise qui m'accompagnait (Merci Françoise!)

Envolvente d'ADD FUEL

De son vrai nom Diogo MACHADO, cet artiste urbain est Portugais. Du reste, si on regarde bien ...

 

... il a reproduit des azulejos ! Il a ainsi rendu hommage aux deux millions d'individus de la communauté portugaise de Paris. Ca, c'est ce que j'ai lu mais il doit y avoir une erreur, c'est peut-être deux millions de Portugais en France.

Nous avons alors parlé avec la guide de l'aspect esthétique de la fresque qui, à notre sens, n'était pas mise en valeur par le bâtiment plutôt laid. S'en est suivie une discussion sur les bâtiments haussmanniens pour lesquels nous ne verrions pas de telles peintures. Et là, on a carrément dévié du sujet, la guide estimant que les bâtiments de l'époque Haussmann n'étaient pas particulièrement beaux, nous nous sommes offusquées... Divergence d'opinions !

 

 

 

REVOLUTION-2 de Shepard FAIREY alias OBEY

Réalisée en 2012, ce regard est en principe là pour nous faire réfléchir. Moi, il m'inspire crainte et tristesse. De plus, les couleurs me paraissent tristes et fades. 

 

 

La Camargue de MAYE

L'artiste MAYE est Camarguais et souhaitait nous faire voyager dans sa belle région. Bien sûr, on reconnaît le flamant rose, un cavalier camarguais tenant de sa main droite un trident pour guider un hypothétique cheval, euh non un flamant. Dans sa main gauche, il tient une bombe aérosol d'où s'échappent des papillons qui sont , eux aussi, éphémères comme l'est le street-art.

street-art-Paris

Evidemment , il y a plein d'autres symboles, certains non visibles pour le passant ou alors avec des jumelles. Quelque part dans la manche à droite sont écrits les prénoms des deux petites filles qui habitent là et qui, de leur fenêtre, ont souvent discuté avec le peintre.

Nous avons trouvé qu'il y avait du Don Quichote et du Dali dans ce tableau.

 

Turncoat de D*FACE

Ses lèvres d'un rouge pétant attirent le regard, également boulevard Auriol, boulevard qui conduit à la Place d'Italie (idéal pour déjeuner après la visite). Une œuvre de 25 mètres de haut intégrant les fenêtres réalisée en novembre 2018.

 

 

Chat de C215

Les graffeurs ont de drôles de pseudos, celui-ci n'y échappe pas ! Visible au 141 boulevard Auriol.

 

street-art-Paris-C215

 

Liberté Egalité Fraternité d'OBEY

OBEY, artiste urbain américain et très célèbre, a réalisé cette fresque au lendemain de la tuerie du Bataclan en novembre 2015.

Il faut ajouter que l'on pouvait en voir une copie réduite dans le bureau présidentiel d'E.Macron, lors de plusieurs de ses allocutions.

Love won't tear us apart de D*Face

Comment interpréter ce dessin? Peut-être dire que  l'amour reste même après la mort, l'amour éternel.

Difficile à photographier en entier à cause du feuillage. Il faudra revenir en hiver !

Voilà, la balade est terminée mais jeudi, j'ai pris des places pour l'exposition BANKSY. Décidément, quelle fièvre soudaine pour l'Art Urbain! De quoi bien m'occuper à Paris au mois d'août 🎶

 

   L'exposition BANKSY   

Etant totalement néophyte en matière de street-art, je me devais d'aller à cette exposition pour en savoir plus sur BANKSY, le plus connu des street-artistes dans le monde. Elle est prolongée à Paris jusqu'au 31 décembre 2021.

 

 

D'après ce que j'ai lu, certaines fresques seraient des originales tandis que d'autres auraient été recopies par un groupe de graffeurs.

 

 

Déjà, ça se passe dans plusieurs salles avec un fond sonore adapté bien réussi, pour nous mettre dans l'ambiance. C'est comme si on descendait dans une cave; c'est noir et un peu mystérieux. La mise en scène est parfaite pour nous faire entrer dans un autre monde.

Qui est Banksy?
Justement, personne ne sait ! On pense que c'est un homme anglais de Bristol. Pour le reste, des suppositions ont été avancées sans avoir pu être confirmées. Comme, en plus, il ne signe pas ses toiles, c'est le flou artistique. Je me demande si ce n'est pas cela qui participe au succès de ce graffeur anti-système.

À part ces deux fresques, je ne connaissais rien d'autre de BANKSY :

street-art-Paris-expo-Banksy
La fille au ballon

Une interprétation de Banksy ou du musée? Une petite fille qui a perdu quelque chose de cher ou tout simplement son cœur d'enfant? Les interprétations sont multiples.

 

A nouveau, le ballon en scène mais là, c'est pour s'envoler vers d'autres lieux plus agréables. Fuir la guerre, par exemple.

 

Plutôt que de piocher par-ci, par-là des explications sur la peinture de Banksy provocante et anticonsumériste, anticapitaliste, ... j'ai simplement photographié des panneaux dans l'exposition. J'ai pris en photo quelques productions mais, je m'en aperçois maintenant, pas celles où l'armée, la police sont impliquées. Peut-être ai-je trouvé cela trop violent ou trop exagéré de la part de Banksy ou un peu des deux. Personnellement, je n'aime pas que l'on m'impose si crassement une manière de pensée, la même chose pour les artistes qui viennent à la télé donner leur opinion.

 

 

 

 

Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy

 

Ici, un tableau en mémoire des victimes du Bataclan en novembre 2015 . Les traits verticaux symbolisent la tristesse de cet événement tragique. Le vol de cette fresque en 2019 avait fait grand bruit, elle a été retrouvée près de Rome, dans une ferme et doit être restituée par la police italienne.

 

 

C'est un exemple des paroles que distille Banksy. C'est ici gratuit, sans consistance mais je suis contente car me levant tard, je ne suis pas concernée !!!!  

 

 

THE WALLED OFF HOTEL

La porte juste à côté de la salle d'exposition permet de visiter le WALLED OFF HOTEL. Nous avons demandé à la personne de la Réception qui nous a expliqué qu'il s'agit d'un vrai hôtel avec de vraies chambres louées (enfin celles qui ne font pas partie de l'expo) qui fonctionne, en dehors de cet évènement, comme un vrai hôtel. Pour cette expo, certaines chambres ont été réaménagées à l'identique du Walled Off Hotel de BETHLEEM.

Donc, on visite les chambres, telles qu'elles sont à Béthléem. C'est particulièrement vieillot et , disons-le assez moche. Un téléviseur dans chaque pièce montre les fresques de Banksy.

 

J'ai photographié uniquement la chambre qui m'a plu. Les plumes du tableau tombant sur le couvre-lit, j'ai trouvé cela  amusant comme idée.

Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy

Un tableau de Banksy dans un couloir de l'hôtel.

 

Beaucoup de chambres ont vue sur la cour, comme à Bethléem, on y voit des fresques murales, dont  un rat en bas, l'animal-fétiche du graffeur.

 

 

En résumé, ca m'a intéressé mais ca n'a pas été une visite inoubliable pour moi.

 

  LA BUTTE AUX CAILLES  

 

Cette visite est la suite logique de ma première visite dans le 13ème arrondissement. Ma première visite (cf. en haut de l'article) se terminait Place d'Italie et celle-ci démarre tout près de la place, rue des Cinq Diamants.

Il y a des cailles sur cette butte ?
Pas du tout, c'est juste qu'un certain monsieur Pierre CAILLE l'acheta en 1543. Au départ, cette colline ne fait pas partie de Paris, elle est couverte de moulins, de bois, de prés.

street-art-Paris

 

Qui y habitait ?

En grande majorité des gens simples et des tanneurs mais aussi des teinturiers et des bouchers qui avaient besoin de l'eau de la Bièvre que l'on ne voit plus car elle est maintenant enterrée. La Bièvre rendait en effet le quartier insalubre.

 

 

En 1860, la Butte aux Caille est rattachée à Paris et c'est donc le Baron Haussmann qui lors de ses grands travaux va couvrir la Bièvre donc pour des raisons clairement d'hygiène. Comme le sol de la colline est fragile, la construction dans ce quartier de grands bâtiments est rendue impossible, d'où un quartier pittoresque ressemblant à un petit village.

 

Paris-buttes-aux-cailles

 

La Butte aux Cailles joua un rôle important pendant la Commune de Paris mais j'en parlerai un peu plus loin, patience!

Ci-dessous une fontaine Wallace sur la placette de la rue de la Butte aux Cailles. Du nom du philanthrope anglais Richard Wallace, elle alimentait en eau les habitants du quartier. Les fontaines Wallace apparurent pendant la guerre de 1870, les Parisiens vivant dans la misère et souffrant du manque d'eau.  Au fond, plusieurs murs peints. 

 

Paris-buttes-aux-cailles

 

 

Mon parcours avec et sans la guide

J'ai pris une visite avec Zigzag, www.pariszigzag.fr mais en une heure et demie, j'avais l'impression de ne pas avoir vu beaucoup de street art; alors je suis ensuite partie "à l'aventure" dans ce quartier. Nous avons commencé par la rue des cinq Diamants, puis rue de la Butte aux Cailles puis rue de l'Espérance. Ensuite des dessins, collages,... aussi à voir Rue Blue, Passage Barrault, Passage Boiton, Rue Vandrezanne,etc.

 

 

Il n'y a pas que des murs peints, il y a aussi des tout petits dessins, des collages (qui se décollent), des graffiti. Mais globalement, il y a beaucoup de fresques murales, pas des grandes comme sur le Boulevard Auriol (cf. mon début d'article) mais un grand choix, une grande variété de dessins.

 

Paris-buttes-aux-cailles

 

Il faut regarder en haut, en bas, il y en a partout.

 

 

 

Beaucoup de fresques sur les murs mais aussi sur d'autres supports comme une porte ici, au début de la rue des Cinq Diamants. La guide nous explique la technique. L'une d'elles, souvent utilisée, est le pochoir. Elle permet au street-artiste de préparer sa production tranquillement à la maison. Bien sûr, compte-tenu des détails, des différentes couleurs, un seul pochoir ne suffira pas; ici, il y en a de nombreux qui ont nécessité une trentaine d'heures plus quelques heures à prévoir sur place pour la pose.

 

 

Par contre, la qualité de ma photo ne met pas en valeur la diversité des couleurs. L'auteur, SMILE, est bien connu sur la Butte.

 

 

En décoration de façade de boutique ici avec les yeux de JEF AEROSOL. Regardez bien les flèches, elles sont toutes orientées vers les yeux. C'est la marque de fabrique de JEF qui a commencé à s'exprimer dans les rues dans les années 80. Car contrairement à ce qu'on pense, les graffeurs ne sont pas tous de jeunes hommes ! On compte beaucoup de soixantenaires et aussi des femmes.

Paris-buttes-aux-cailles

 

En décoration des rideaux de fer des cafés. Léo Ferré nous dit bonjour de l'au-delà et son voisin n'est autre que ...

 

 

le grand Brel ! Comme il nous manque, lui, sa façon de vivre ses chansons sans parler de la musicalité et la poésie de ses textes ...

 

 

Miss Tic

La graffeuse mondialement connue, Miss Tic, est ici chez elle; elle habite en effet le quartier.

 

Sa technique est le pochoir, elle agrémente ses dessins de textes incisifs. Née en 1956, elle est au départ marginale. En 2000, elle écope d'une amende de 4500 € pour détérioration d'un bien. Mais au milieu des années 2000, son statut change, elle expose dans des galeries et reçoit des commandes publiques.

Rappelons qu'écrire sur les murs est passible d'une forte amende. Illégalité et "éphéméritude" ( je viens d'inventer un mot, Ségolène et sa bravitude me pardonneront 😂) sont sous-jacents au street-art. C'est vrai aussi que les tags qui dégradent les murs de nos villes sont dérangeants mais il est vrai aussi qu'un dessin (comme ceux de Miss Tic) peuvent enjoliver la devanture d'un café.

 

Paris-buttes-aux-cailles

 

Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy

L'artiste NÔ 

J'aime beaucoup ses dessins mais je n'ai rien trouvé sur lui sur Internet. Si quelqu'un peut m'en dire plus ? Regards perçants. Que veulent-ils nous dire ?

 

Paris-buttes-aux-cailles

 

Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy

 

Des personnages connus

Le "beau" Serge ...

 

On ne le nomme plus! Quelques fresques utilisent des lettres du scrabble, pourquoi pas ?

Paris-buttes-aux-cailles

 

Il mourut à Auvers-sur-Oise.

 

Je disais que la Butte aux Cailles a joué un rôle important pendant la Commune de Paris. Cette sculpture est collée juste à côté de la boutique de la Commune de Paris et elle représente le Général (révolutionnaire !) Dombrowsky. Car oui, ce maréchal polonais combattit en 1871 sur les barricades avec les Fédérés sur la Butte aux Cailles.

 

 

Je ne reconnais pas cette femme ...

 

 

Les personnages fictifs de SETH

Immanquablement ce petit garçon me fait penser à Magritte.

Paris-buttes-aux-cailles

 

On ne voit pas les visages. Ca me rappelle le petit garçon dans l'arc-en-ciel tournant le dos Boulevard Auriol (cf. en haut de cet article). Oui, forcément, c'est l'œuvre de SETH, un graffeur français. Il aime peindre des enfants le visage caché. 

Paris-buttes-aux-cailles

 

 

 

Près de la fontaine Wallace 

 

 

Paris-buttes-aux-cailles

 

 

 

Je ne vois pas de signature ici non plus mais ça me rappelle Banksy et sa petite fille au ballon rouge. Celle-ci porte le masque du Covid. Son ballon s'envole et avec lui l'espoir de voyager.

 

Trois portraits de jolies femmes

Paris-buttes-aux-cailles

 

 

Paris-street-art-Kahlo

 

 

 

 

 

Le street-art, c'est aussi ça ! Par terre !

 

 

Des bouts de verre ou l'image éclatée.

 

Ça peut être de la mosaïque pour décorer la façade d'une boutique d'art de mosaïques. 

 

Ce mannequin étrange entre deux fresques... 

 

Ça, c'est la production de deux street-artistes; l'un a mis son oreille et l'autre a logé son sein dans cette oreille. C'est le moulage du sein de la graffeuse, oui, oui.

Paris-buttes-aux-cailles

 

Ou ça... oui, bon ben, comment dire, la chose tricotée qui a dû servir comme petit pot de fleurs, c'est du street art!? Oui, non, tout est possible ... Il n'empêche, j'ai déjà vu des troncs d'arbre tricotés; même en Suisse, j'ai vu, en photo, des troncs d'arbres exposés avec des couleurs de laine variées. Pourquoi pas? 🤔

 

 

Et encore ça ! A près tout, on s'aperçoit que tout peut être street-art et on s'y perd un peu, non ? 😅😅😅

 

Et enfin, pêle-mêle, quelques productions... 

 

 

Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy
Street-art , 13, Vincent Auriol, les cailles et Banksy

 

Pour clore l'article, je vous donne ci-dessous un lien qui vous aidera à organiser votre parcours; celui-là est plus long et vous permettra d'en voir davantage. Ceci dit, je ne vous ai pas montré tous les street-arts que j'ai photographiés, il y en avait bien trop.

 

  FIN DE MON ARTICLE. 

 

Le prochain article sera sur Paris avant de repartir mais où ? Suspens torride 😅😅😅

Le prochain article sera sur Paris avant de repartir mais où ? Suspens torride 😅😅😅

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Quelle profusion de créativité !
Répondre